“Aida” de Verdi: L’Amour éternel est indestructible…

Jeudi 06 Avril 2017- MET Opera House /Thursday April 6th 2017-“Aida” by Verdi: True love is unbreakable…

Cette semaine…

A nouveau de l’opéra 😊

Avouez que vous êtes contents 😊

Et on change encore de culture…

On remonte encore dans le temps 😊

Pour se retrouver chez les Egyptiens…

Evidemment…

Encore riche d’imaginaire…

Et de situations pas piquées des vers 😊

Top 😊

Et puis il s’agit…

Pour la musique…

Du grand Verdi 😊

Vive l’Italie 😊

Trop génial! 😊

Oh joie abyssale 😊

Au libretto …

D’Antonio Ghislanzoni…

Encore un italien 😊

Oh joie infinie 😊

Inspiré pour l’histoire…

Par un français d’envergure…

De grand renom 😊

Auguste Mariette…

Un des fondateurs de l’égyptologie …

Avec Champollion 😊

Et Mariette…

Directeur à l’époque du musée de Boulaq …

(L’actuel Musée égyptien du Caire)…

Aurait suggéré l’intrigue à Verdi…

Visant à commémorer la puissance…

Eternelle …

De la civilization égyptienne …

Pour cette commission princière…

Du Khédive d’Egypte…

Isma’il Pasha…

Si si 😊

Trop content Verdi!  …

Enchanté même…

Le grand Verdi…

A l’idée de diriger en toute liberté et avec éclat…

Ce chantier musical somptuaire …

Qu’il imagine immédiatement …

Eblouissant et clinquant …

….

Pour inaugurer en grande pompe …

De façon inouïe…

Le nouvel Khedivial Opera House…

Tout premier lieu en Afrique …

A accueillir des performances d’opéra exquises…

Comme une marquise …

En chocolat 😊

Et érigé ce lieu fabuleux…

En six mois  …

A peine…

Par d’illustres architectes italiens aussi 😊

Avoscani et Rossi …

Si si 😊

Ah la la …

Quelle veine 😊

Et le dit bâtiment …

Fut prêt en 1870…

Mais les costumes et décors …

Divins et déments …

Restèrent coincés à Paris …

La guerre de 1870…

Franco-Prussienne…

Qui paralysa aussi …

Paris…

Un temps…

Assiégé   …

Entre Septembre 1870 et Janvier 1871…

Et les pigeons voyageurs ou les ballons …

A l’époque de l’occupation …

Pour les transporter …

Les costumes et les décors dorés …

Ca ne paraissait pas une bonne idée 😊

Ah la la …

Du coup…

Ils ont inauguré …

Dans leurs contrées lointaines faramineuses…

Leur Opera House…

A la place…

Avec “Rigoletto”…

Encore une oeuvre fabuleuse …

Du grand maestro…

Pour faire patienter leur public …

Bravo!

Et “Aida” …

Cet immense opéra épique donc…

Passionné et dramatique …

Ne fut finalement joué que l’année suivante …

Ouf…

Ils ont eu chaud! 😊

Il était temps …

Je reprends sur l’intrigue…

Il s’agit comme souvent…

A l’opéra …

D’un thème intemporel…

D’une histoire d’Amour éternel …

Dans un cadre donc exceptionnel…

Patriotique et…

Solennel …

Majestueux …

Et sablonneux 😊

Au sein entre autres…

De temples …

De toute beauté …

Et évidemment …

Evidemment…

Ca se termine mal …

Comme souvent à l’opéra…

Ah la la 😊

Parce que parfois …

Comme dirait Woody Allen 😊

L’Amour ça fait souffrir…

Voir même pire 😊

Regardons et autorisons-nous aussi …

A rigoler…

Issu de “Love and death” (1975)…

Une satyre délirante…

Slave …

Légère et grave 😊

Sur tous ses thèmes de prédilection …

Toujours aussi tordants…

Qui me font hurler de rire …

Depuis la nuit des temps…

Totalement troisième degré …

Si si 😊

Et bien plus drôle …

Que cette chanson de ce groupe au nom slave…

Qui parle des dangers de l’Amour…

Leur seul album que j’aime…

Une espèce d’opéra-rock…

Délirant mais trop …

Désespérant…

Alors juste une chanson…

Et je reprends donc …

L’Amour avec un grand A …

Ca n’est pas toujours facile …

De lui faire la place …

Qu’il mérite …

En nos époques volatiles …

Aujourd’hui …

Comme hier…

Ou parfois soufflent…

De grandes tempêtes inouïes …

Comme le savent aussi …

Les amants de Vérone …

Adolescents…

Dont je vous parle souvent…

Et je suis sûre que Juliette aurait pu…

Lui chanter cette jolie chanson …

A son beau Roméo…

Ah la la…

Ecoutons …

C’est tendre et si beau …

Et admirons maintenant …

Le jeune Roméo …

Si amoureux de sa madone …

Bon…

Mais je m’égare déjà …

Et cavale avec immense joie dans mon imaginaire…

Par monts et par vaux même 😊

Ah la la…

Chacun son truc 😊

Mais avouez qu’ils sont trognons …

A se prendre…

Lui …

Pour un bel oiseau des cimes virevoltant…

Sublime…

Ou pour le courageux et curieux …

Icare …

Ou un joli phare lumineux et pivotant…

Pendant que …

Juliette …

Sa jolie bichette…

Gaie…

Le plus souvent…

Gracieuse et tendre…

Juliette…

Juliette elle…

Elle profite…

De son doux baiser …

Embrasé…

On la comprend 😊

Je reprends sur “Aida” …

Et vous résume ça …

En peu de mots…

Je vais essayer 😊

“Aida” …

Est un opéra …

Qui…

Honore…

La bravoure de deux héros …

Amoureux exquis…

Et …

En proie aux affres de …

Leurs devoirs …

Pour leurs pays…

Leurs familles…

Et…

Qui ont le courage aussi …

D’écouter chacun…

Leur propre grand coeur …

Qui bat la chamade pour un ennemi 😊

Et de lui faire honneur …

De façon inouïe…

Ah la la …

Si romantique 😊

Vive…

Radamès!

Et …

Vive …

Aida!

Quels héros…

Mythiques…

Imprévisibles et invisibles …

Tel le “dragon”/”monstre” du Loch Ness 😊

Et sa dragonne enchanteresse 😊

Faut rigoler 😊

Et laisser son imaginaire …

Surfer la vague …

Et …

Par exemple …

Se prendre …

Pour une nymphe des eaux 😊

Pourquoi pas?

Nos écailles brilleraient de mille feux au soleil 😊

Une véritable merveille 😊

Et on pourrait rejoindre …

Notre valeureux Neptune 😊

Et parfois même nager quelques brassées …

Avec lui …

Même juste en pensées 😊

De façon puissante et avec envergure 😊

Tel en compagnie de Michael Phelps 😊

Et quand il ne conduit pas son Char 😊

Notre beau et doux Neptune 😊

Et qu’il rêverait alors …

Parfois allongé au soleil 😊

Sur un rocher 😊

Pour bronzer 😊

Et zoner peinard 😊

Le veinard…

A sa jolie bien-aimée 😊

Et…

Parfois même …

Pris d’inspiration soudaine 😊

Il nous déclamerait alors….

De jolis vers innocents…

Couverts de sable doré presque irisé…

De coquillages ravissants et charmants …

Et de jeune plancton phosphorescent 😊

Et nous offrirait même…

Oh oui alors…

Trop bien…

Toutes sortes de trésors épidermiques et métaphysiques  …

A nous…

Sa tendre et douce nymphe aquatique…

Imaginative et presque humaine 😊

Sa jolie sirène 😊

Nous emmènerait alors …

Loin du bruit et de la fureur…

Goûter un peu de bonheur et de chaleur…

Oh oui ce serait bien 😊

Ah la la…

Ca y est je me suis encore égarée  😊

Mais la douceur ça compte  😊

Et plaisanter dans les flots aussi…

Tout est merveilleux et si beau…

Avec son dieu des Eaux…

Avant qu’il ne reparte sur son char…

Comme son ami …

Ben Hur 😊

Ah oui…

Rêver encore …

Toujours très fort même 😊

Et s’autoriser …

Aussi à…

S’élever dans les airs …

….

Comme Fred Astaire avec sa jolie partenaire chérie 😊

Comme la plus jolie des étoiles radieuses …

Qui apparait comme par magie…

La nuit dans dans le ciel  😊

Oh oui alors…

Trop beau…

Ah la la 😊

Surtout quand l’étoile s’appelle Rita…

Admirons cette sublime beauté …

Au bord de la mer aussi …

Encore une 😊

Mais plus habillée …

Vu qu’elle danse…

Un magnifique numéro…

Scintillant 😊

Et …

Hyper élégant…

Avec un gentil et sublime héros …

Beau comme un astre  😊

Ou…

Tel un prince charmant 😊

Dans cet extrait de …

“You’ll never get rich” (1941) de Lanfield…

Et quelle harmonie entre eux…

Féerique …

Entre ces deux stars …

Qui rayonnent comme des dieux …

Merveilleux…

Ah la la…

Faut déconner les gars…

Ah la la…

Je me suis encore égarée 😊

Mais c’est parce que les vacances de Pâques approchent …

Et l’océan et la chaleur appellent …

Bottomless charming “Hi”…

Endless sea butterflies 😊

Soft loving sigh 😊

Et vous n’aurez pas de post pendant un moment …

Pas avant la mi-Mai…

Ca va nous faire des vacances 😊

Alors en attendant…

Faut rêver bien fort …

Voire ardemment…

Comme un joli paon …

Extravagant  …

Qu’on appellerait…

“La belle aux plumes charmantes” 😊😊😊

Alors je reprends …

Quelques détails supplémentaires…

Sur “Aida” …

Et d’abord sur …

Son héros viril…

D’exception…

Donc…

Notre Radamès 😊

Aussi attachant que …

Notre Cupidon 😊

Oh oui encore lui …

Car il est si mimi 😊

Et comme la belle déesse 😊

Oh oui encore elle…

Car elle est si belle 😊

Et tous deux…

Lui inspire …

Comme également sa jolie amie…

Un immense courage 😊

Dans la vie…

Mais pour lui…

J’aimerais lui dire …

Comme ils disent ici…

Bravo Romeo! 😊

You go ballsy kiddo 😊

Young and strong Radamès …

Mythical warrior 😊

Et donc…

Au grand coeur 😊

Notre Radamès…

Qui bat si fort 😊

Comme celui du Minotaure 😊

Enfermé lui aussi…

Dans un palais 😊

Ah la la …

Je m’égare encore 😊

Je reprends …

Comme sa toute belle…

Radamès choisit donc …

Comme valeur…

A laquelle rester fidèle…

Comme arme de prédilection…

Pour…

Faire face aux obstacles dans la vie…

La belle …

L’exceptionnelle…

Loyauté 😊

Chérie 😊

Tout comme donc sa belle …

Amie 😊

Si aimée 😊

Ah la la …

Ce qu’ils sont courageux ….

Ah la la …

Bravo! …

Mais quelle tristesse pour eux …

Ah la la…

Et…

Qu’il offre ….

Sa loyauté donc…

D’abord généreusement …

A sa patrie 😊

La grande Egypte …

Et à son roi 😊

Et aussi malgré ses tourments inouïs …

Plus tard…

A sa belle amie 😊

Qu’il aime de surcroît…

De façon exclusive 😊

Trop bien …

Si si 😊

Sa grande beauté …

Si jolie 😊

Lisons donc …

Ce qu’il en pense de ses envies de gloire …

Qu’il dédie à sa céleste et douce amie 😊

Si chérie …

Et avant de lire dans ses pensées…

Je peux vous dire que les choeurs de Verdi…

Masculins et virils…

Chuchotés et solennels …

Alors qu’il se prépare à aller combattre…

Sont d’une immense beauté …

Et ajoutent à la majesté de la scène …

Lorsqu’il reçoit une épée enchantée …

Qui m’en évoque une autre …

Patience 😊

Quelle épée mirifique …

Quel cadeau fantastique…

De son souverain…

Pour vaincre l’ennemi avec courage et ténacité  😊

Ah la la…

Et donc lisons maintenant …

Dans son grand coeur…

Et découvrons ce qu’il ressent pour son Aida …

Qui ne fait que croitre …

Du premier acte 😊

Jusqu’au dernier 😊

Ah la la 😊

Trop bien 😊

Voici donc ses pensées émues…

Amoureuses 😊

Divines même 😊

Pour sa céleste bien-aimée…

Au premier acte 😊

“If only I were that warrior!
If only my dream might come true!
An army of brave men with me as their leader
And victory and the applause of all Memphis!
And to you, my sweet Aida,
To return crowned with laurels,
To tell you: for you I have fought,
For you I have conquered!
Heavenly Aida, divine form,
Mystical garland of light and flowers,
You are queen of my thoughts,
You are the splendor of my life.
I want to give you back your beautiful sky,
The sweet breezes of your native land,
To place a royal garland on your hair,
To raise you a throne next to the sun”.

Pour sa belle Aida 😊

Qu’il aime aussi secrètement 😊

Evidemment …

Evidemment 😊

Sinon ça n’est pas drôle…

Non mais quelle histoire!  😊

Et maintenant écoutons donc son gentil babil…

Joli et subtil …

Pour sa douce et merveilleuse…

Fleur des iles 😊

C’est si doux et émouvant son joli sentiment…

Pour son Aida…

Son si joli firmament …

Ah la la…

https://youtu.be/5T2YOepsOYY

Et figurez-vous …

Qu’Aida …

A du sang bleu 😊

Elle est…

Princesse 😊

Ah la la …

La belle Aida…

Trop bien …

Trop merveilleux…

Qui aimait aussi …

Sûrement comme Cendrillon 😊

Les souliers de vair 😊

Voire…

De satin 😊

Peut-être même?

La belle et enchanteresse …

Aida…

Telle une déesse 😊

Ah la la …

Et …

Aussi donc …

Pour corser encore davantage …

Cette histoire épique …

Pour …

Radamès l’égyptien …

Et réciproquement pour Aida 😊

Aida…

Est aussi…

“L’ennemi” …

Qui plus est 😊

Nubienne …

Ou comme on dit aujourd’hui …

Ethiopienne …

Une grande menace potentielle …

L’Ethiopie à l’époque…

Pour son pays couvert de sable…

“Déguisée” en esclave…

La belle Aida …

“Déguisée” donc…

Par sécurité …

Mais personne dans le palais ne connait sa véritable identité …

Pourquoi faire simple 😊

Pauvre loute…

Et pauvres loups 😊

Et pour en rajouter …

Encore une couche …

Si si…

Sinon on s’ennuie…

….

Le père d’Aida …

Le roi d’Ethiopie donc…

A levé une armée et envahi…

L’Egypte …

Pour venir la délivrer …

Sa belle Aida…

Ah la la…

Mais aussi …

C’est pas fini 😊

Pour corser le tout…

La propre fille du roi d’Egypte…

Amneris…

Encore une princesse 😊

Celle-ci…

Mais pénible 😊

Donc Amneris…

Est amoureuse de Radamès …

Qui s’en bat les fesses 😊

J’ose …

C’est mal je sais 😊

Mais ça me fait rire 😊

Et Amneris la terrible 😊

Sent bien que son Radamès …

Est amoureux d’une autre…

Et qu’elle l’a dans le baba 😊

Pauvre loute …

Car totalement éprise …

Mais la réalité …

C’est qu’elle ne le fait pas vibrer son grand chat 😊

Radamès n’est pas électrisé 😊

Mais elle ne va pas se laisser faire …

Ce coléoptère 😊

A l’Acte II…

C’est promis j’accélère 😊

Alors que le palais …

Célèbre la victoire de Radamès…

Face aux éthiopiens ….

Amneris doute toujours…

De l’Amour de Radamès …

Et se divertit dans sa chambrée…

Avec toutes sortes de festivités …

Pour ne pas y penser …

La terrible Amneris 😊

Et rêvons donc devant ce passage d’esclaves que j’adore…

Les harpes…

Les choeurs…

Les tenues…

Les bijoux…

Les tissus…

Le ballet d’enfants …

Charmant …

Qui nous change de notre quotidien…

Et on se dit même …

Nouveau saut créatif audacieux 😊

Que le lever …

De Marie-Antoinette…

Notre belle souveraine à nous 😊

A côté …

De ces festivités de pacha 😊

Ca devait être de la gnognote …

Petits bras 😊

Son lever 😊

Bien que sûrement très gai souvent …

Pour cette jolie reine 😊

Qui était sûrement…

Un peu loufoque aussi…

Cette immense plante qui aimait la vie 😊

Malgré les responsabilités …

Qui étaient nombreuses et pas forcément faciles…

Pour cette belle bichette…

Notre belle Marie-Antoinette 😊

Si inouïe…

Alors pause …

Pour parler …

De Marie-Antoinette…

Un instant 😊

D’accord 😊

Faut rigoler 😊

Quelle femme exquise et délicieuse…

Donc malgré ses imperfections aussi …

Mais qui m’a toujours fasciné…

Car entre autres …

Si courageuse …

Et qui faisait de la place…

Malgré tout…

Dans sa vie hyper busy….

A…

L’Amour 😊

Et à son enchantement 😊

Comme tant d’amoureuses …

Et de peintres…

De son époque…

Comme Fragonard 😊

Et en particulier …

J’adore de Fragonard …

Une oeuvre capitale…

Dédiée à la Comtesse du Barry 😊

Pas une amie de Marie-Antoinette…

Cette jolie aigrette révérée …

Par Louis XV 😊

Loin d’être parfaite …

Ou politically correcte…

Cet être un peu scabreux…

Aux actes pas toujours heureux …

Mais…

Les tableaux qu’elle inspira à Fragonard …

Sont de toute beauté…

En particulier …

Quatre grands panneaux intitulés …

“Le progrès de l’Amour” 😊

Dont la pureté pour moi…

Célèbre bien…

La beauté de l’Amour 😊

Y compris de l’Amour Toujours 😊

Qui renait constamment …

Dès lors qu’on le nourrit ardemment 😊

En pensées 😊

Et surtout …

Via …

De simples et jolies attentions 😊

Ah la la…

Et ces magnifiques panneaux …

Figurez-vous…

Qu’on peut toujours les admirer…

Ces jours-ci…

A la Frick collection à New York 😊

Si si 😊

Trop de chance 😊

Pâmons-nous d’abord …

Sur…

“La rencontre”…

Puis …

Admirons…

“La poursuite”…

Puis …

Le bien doux …

“Le couronnement de l’Amour”…

Et aussi …

Et enfin…

Le panneau que je préfère…

Depuis la nuit des temps…

“Les lettres d’Amour” 😊

Tellement proches de libretti romantiques…

Ceci explique cela 😊

Ah la la …

Car elle aimait énormément …

Aussi …

Entre autres…

La belle Marie-Antoinette …

Le théâtre …

La danse …

La peinture…

Et la poésie aussi…

Parfois avec déraison….

Et donc son lever 😊

Le plus souvent…

C’était sûrement une fête  😊

Juste plus occidentale 😊

Un poil moins tropicale 😊

C’est quand même l’idée que je m’en fais 😊

Chacun son truc 😊

Je m’égare encore…

Retournons en Egypte 😊

Et rêvons…

Enfin…

A leur univers si divertissant …

Bien que sûrement pas évident…

Evidemment…

Admirons donc néanmoins …

Le charme désuet de ce “ballet” d’esclaves …

Dans la chambrée d’Amneris…

Malgré tout…

Gai …

Ouf 😊

Et ils sont trop mignons …

Tous…

Ces gentils charmants êtres…

Qui m’évoquent de jolis jeunes chiots 😊

Qui se tiennent chaud 😊

Ecoutons la douce mélodie et rêvons…

Devant leurs jolis sauts charmants aussi …

Comme l’enfance…

Ah la la…

Et Amneris réussit à découvrir …

Qu’Aida aime éternellement son Radamès …

En lui faisant croire qu’il est mort sur le champ de bataille…

Amneris est évidemment hyper secouée par cette révélation…

Et…

Planifie de se venger d’Aida…

Ah la la 😊

A ce moment là …

Radamès …

Rentre victorieux avec ses troupes …

….

Radieux et heureux 😊

Ecoutez l’air le plus connu…

La Marche Triomphale …

Presque martiale …

Un air …

Enlevé et joyeux …

Et j’aime bien son prélude …

Hyper poétique aussi…

Ecoutons comment les personnages parlent…

Des fleurs 😊

Et des étoiles …

Qui dansent autour du soleil 😊

Charmant donc tout ce passage…

Mais un peu long 😊

Si si…

Comme mes posts dernièrement 😊

Je sais 😊

Mais…

Faut rigoler 😊

Alors d’abord le prélude …

Aux choeurs féminins magnifiques…

https://youtu.be/CTwJtxI19pE

Puis la Marche Triomphale…

Les trompettes sont top…

M’enchante …

Depuis la nuit des temps …

Et…

Le roi d’Egypte…

Pour récompenser…

Radamès de sa victoire…

Lui accorde un voeu …

Généreux…

D’épargner les prisonniers éthiopiens …

Et de les libérer …

Exceptés Aida et son père…

Et demande à Radamès …

D’épouser sa fille…

Amneris …

Et de régner…

Ah la la …

A l’Acte III…

La veille de ses noces avec Amneris…

Radamès retrouve en secret…

Son Aida …

Qu’il aime tant…

Ah la la …

Mais la première …

Qui arrive au rendez-vous… …

C’est Aida …

Elle…

La belle Aida…

Si belle…

Si éclairée et aimante…

Qui en attendant son bien-aimé…

Avec une mélancolie inouïe …

Douce et bouleversante…

Se lamente presque tendrement…

A l’idée de perdre…

Pour toujours…

D’abord et surtout …

Son bel amour…

Qu’elle aime si fort…

Et cette si belle m’évoque …

Quelques chansons …

Plus contemporaines…

Donc nouvelle pause 😊

Pour ma fille d’abord …

Qui aime la lecture et le chant …

Deux extraits d’un film récent…

Que j’aime aussi…

Bien que je préfère la version de Cocteau 😊

Si vous me demandez mon avis perso 😊

“Beauty and the beast” de Condon (2017)…

https://youtu.be/jnV-EiuCJwI

Et aussi…

Sa chanson préférée …

Qu’elle connait par coeur …

Ma fille…

Mon joli rossignol…

Qu’elle chante même mieux …

Que la jolie Emma 😊

Et il est encore question …

De Roméo et Juliette aussi 😊

Et aussi d’un sac à pain 😊😊😊

Si si 😊

Et pour mon fils …

Qui aime autant…

Les clébards à poils longs …

Que sa maman …

Une autre chanson …

Qui fête une “Belle”…

Bien qu’il ne connaisse pas encore…

Cette jolie histoire …

D’amitié si loyale et émouvante …

Entre cette “Belle” et son Sébastien …

Ecoutez cette jolie chanson …

Que je trouve aussi …

Si…

Belle 😊

Bon je me suis encore égarée …

Ah la la…

Je reprends sur Aida…

Triste de perdre donc…

Son bien-aimé et …

Son pays chéri …

Dans un des plus beaux arias …

Du répertoire d’opéra…

Pour moi 😊

Car …

Tellement poignante donc…

Son inquiétude inexorable…

Face à l’idée si triste …

De potentiellement perdre donc…

L’homme de ses rêves …

Qui est devenu la patrie de son coeur…

En plus …

De …

L’idée aussi si nostalgique…

D’avoir donc déjà aussi perdu …

La patrie de son enfance…

Et qui ne voit que le Nile …

Comme refuge béni…

Face à ses tourments infinis…

Encore l’eau réparatrice  😊

Et l’idée induite d’une renaissance 😊

Dans un milieu plus pardonnant …

Pour ne plus y penser…

Et y faire reposer ses souvenirs …

Et préparer un nouvel avenir …

Qui m’évoque aussi…

Nouvelle pause 😊

La fin tragique et onirique du sublime film…

De John Boorman (1981) …

Excalibur 😊

Où Arthur explique à Perceval…

Qu’il faut rendre à la nature…

A la Dame du Lac…

Son épée féerique …

Et enchantée …

Qui saura quand la faire …

Réapparaître…

Pour le prochain roi …

Valeureux…

Et digne de cette arme blanche…

Epique…

Ah la la…

Ecoutons la bande son sublime…

Et admirons la poésie de ce plan d’eau mystérieux et si beau 😊

Ah la la…

Je m’égare encore décidément 😊

Retournons donc en Egypte …

Au bord du Nile…

Pauvre loute…

Retrouver Aida…

….

Qui tremble de trouille…

La belle Aida ….

Ah la la …

Tellement bouleversant …

Lisons d’abord…

AIDA [veiled, enters cautiously]

“He will soon be here! What would he tell me?
I tremble! Ah, if thou comest
To bid me, harsh man, farewell for ever,
Then, Nilus, thy dark and rushing stream
Hides me forever; peace shall I find there and oblivion!
O skies cerulean, breezes soft blowing,
Where brightly calmness saw life’s blithe morn unfold,
Sweet sloping verdure by streams so softly flowing,
Thee my native land ne’er more shall I behold!
O blessed vales, wherein all cares were banish’d,
That once did promise love, I bid adieu,
Ah me! of love the sweetest dream has vanish’d,
O native land, ne’er more shall I see you!”

Ecoutons maintenant…

La belle Leontyne…

Féline…

Fataliste …

Si divine…

Et si triste …

Sur la fin de cet air…

A pleurer…

Considéré …

Comme un des moments suprêmes du MET…

De tous les temps…

Selon Renée Fleming…

Ecoutons et …

Sortons notre boite de Kleenex…

Ah la la …

Et là…

Le père d’Aida se pointe…

Et demande à sa fille d’obtenir de Radamès …

Un secret d’état…

Les coordonnées du lieu…

Où se cachent les éthiopiens …

Et va se cacher pour écouter …

Ah la la …

Pauvre loute …

Qui se sent obligée de trahir son amant par devoir filial …

Ah la la …

Et là  …

Là…

Radamès se pointe finalement …

Et affirme à son Aida bien-aimée…

Qu’il veut l’épouser…

Sa belle Aida …

Et elle …

Elle voit les dangers à venir …

Liés à cette belle idée …

Et veut le protéger son Radamès …

Et aussi honorer la demande de son père …

Et réalise que surtout …

Avant tout …

Qu’elle souhaite ardemment …

Oh oui alors…

Que son Radamès …

Reste à ses yeux un héros…

Et dans ces circonstances impossibles…

La seule chose honorable pour eux…

Elle réalise d’un coup …

La belle Aida…

La seule issue pour eux…

C’est de fuir ensemble…

Dans le désert brûlant et silencieux…

Pour rejoindre un nouveau lieu…

Et vivre ensemble …

Enfin heureux …

Au sein de belles forêts vierges …

Couvertes de jolies fleurs…

On la comprend…

Lisons ce texte sublime…

RAD. Ah no! we’ll fly then!
[with passionate resolution]
Yes, we’ll fly these walls now hated,
In the desert hide our treasure.
Here the land to woe seems fated,
There all seems to smile with love.
Boundless deserts naught can measure
Where our bridal couch soon spreading,
Starry skies shall lustre shedding
Be our canopy above.

AIDA In my native land where lavish
Fortune smiles, a heaven awaits thee,
Balmy airs the sense that ravish
Stray through verdant mead and grove.
‘Mid the valleys where nature greets thee
We our bridal couch soon spreading,
There the stars shall lustre shedding
Be our canopy above.

AIDA-RAD. Come, from hence together flying
Where all woe seems to abide,
Thou art lov’d with love undying,
Come, and love our steps shall guide!

Et maintenant écoutons …

A nouveau…

La voix divine …

De la féline Leontyne …

Mon deuxième air préféré…

D’Aida 😊

Qui explique pour moi 😊

L’immense succès de cet opéra…

Donné des milliers de fois …

Partout dans le monde…

Tellement l’intrigue romantique …

Fait rêver tous les êtres poétiques …

Ecoutons et autorisons nous à rêver fort…

Ah la la…

https://youtu.be/aRozlnet-6M

Et Radamès accepte cette proposition alléchante  …

Qui parait idéale et source de douceurs charmantes…

Ah la la …

Et lui livre enfin …

A sa belle Aida…

Du coup…

Les coordonnées du lieu d’attaque…

De sa propre armée …

Et réalise que sa confiance a été trahie …

Par sa chérie…

Par devoir filial…

Et du coup ne lui en veux pas…

Quand le père d’Aida sort de sa cachette …

Mais par honneur…

Vis a vis de l’Egypte…

De sa patrie qu’il aime tant…

Il refuse alors …

De s’échapper avec Aida et son père …

Et se laisse emprisonné par les gardes …

Avec fatalisme et tristement…

Et enfin…

Au dernier acte …

Radamès refuse toujours de se défendre…

Malgré les suppliques d’Amneris…

Qui l’aime aussi …

Son Radamès …

Pauvre loute…

Qui ne va pas s’en remettre…

Et qui …

Est prête à tout pardonner…

Mais Radamès se sentant merdique …

Pauvre loup …

Refuse catégoriquement…

Ah la la …

Et puis …

Etant toujours amoureux de son Aida …

Radamès…

Accepte avec courage son destin…

Particulièrement violent…

Tenez-vous bien…

Il est condamné…

A être enterré vivant …

Pauvre chat…

Et là …

Là…

Dernier coup de théâtre…

On découvre Aida …

Planquée derrière une colonne…

La cinquième 😊

Comme dirait nos amis Ibères 😊

Ou certains de mes compatriotes américains très chers…

Souvent prêts …

A avancer vers un monde plus juste …

Plus…

“Fair” …

Dans les deux sens du terme en anglais 😊

Aida…

Donc…

La jolie chérie…

L’attend …

Gentiment…

Parce qu’elle l’aime…

Son grand courageux…

Honorable et merveilleux…

Si joyeux souvent…

Elle l’aime donc et …

Plus que de raison…

La belle Aida…

C’est beau…

….

Et donc pas forcément très malin quand même…

De se mettre en tel danger …

Tendre et si belle…

Aida…

Et si inouïe…

Brûlant d’un Amour Toujours …

Si pur…

Et si sûr de lui…

C’est un peu couillon …

Même…

Les gars …

De vouloir se prendre pour Hypérion 😊

Car espérant qu’Horus veille 😊

Sur leur Amour…

A ressusciter 😊

Et qu’il est donc pour le moment possible …

De s’éteindre ensemble…

Quitte même à être enterrés…

Côte à côte …

Comme aussi…

Tristan et Iseult 😊

Ou comme Roméo et sa Juliette …

Trop triste …

Encore des idéalistes …

Ces jeunes et jolis oiseaux artistes 😊

Ah la la …

Lisons le beau texte…

Radamès is discovered in the Crypt, on the steps of the
staircase leading into the vault. — Above, two Priests
in the act of letting down the stone which closes the
subterranean.

RAD. The fatal stone upon me now is closing,
Now has the tomb engulfed me. I never more
The light shall behold. Ne’er more see gentle Aida.
Dear Aida, where now art thou? whate’er befalls me
May’ thou be happy. Ne’er may my frightful doom
Reach thy gentle ear. What groan was that? Tis a phantom!
Some vision dread. No! sure that form is human!
Heaven! ’tis Aida.

AIDA Yes! Aida!

RAD. Thou, with me here buried!

AIDA My heart foreboded this thy dreadful sentence,
And to this tomb that shuts on thee its portal
I crept unseen by mortal.
Here from all where none can behold us,
Clasped in thy arms I resolved to perish.

RAD. To perish! so pure and lovely!
To die, thine own self dooming,
In all thy beauty blooming,
Fade thus forever!
Thou whom the heav’n only for love created
But to destroy thee was my love then fated!
Ah no! those eyes
So dear I prize
For death are too lovely!

AIDA [transported] See’st thou where death in angel guise
With heavenly radiance beaming,
Would waft us to eternal joys
On golden wings above!
See heaven’s gates are open wide
Where tears are never streaming,
Where only bliss and joy reside
And never fading love!

Singing and dancing of the Priestesses in the Temple.

AIDA That sad chanting!

RAD. ‘Tis the sacred dance
Of the Priesthood!

AIDA It is our death chant resounding!

RAD. [trying to displace the stone closing the vault]
Cannot my lusty sinews
Move from its place this fatal stone?

AIDA ‘Tis vain! all is over
Hope on earth have we none!

RAD. [with sad resignation]
I fear it! I fear it!
[approaches Aida and supports her]

AIDA – RAD. Farewell, O earth! farewell thou vale of sorrow!
Brief dream of joy condemned to end in woe!
See, brightly opens the sky, an endless morrow
There all unshadowed eternal shall glow!

[Aida drops in the arms of Radames]

Ah la la…

Pauvres chats 😊

Mais …

Quel opéra 😊

Qui évoque aussi en filigrane…

Pour nous remonter le moral 😊

Car…

D’être de bon poil …

C’est donc bien plus gai 😊

Donc j’ai aussi repéré hier soir à l’opéra 😊

Et ça …

C’est réjouissant 😊

Trois déités égyptiennes que j’aime bien …

Ptah 😊

Au premier acte…

Un dieu créateur par excellence…

Qui conçoit le monde par les pensées de son coeur …

Bravo! 😊

Trop beau 😊

Et donne vie à sa pensée…

Grace à la magie de ses mots  …

Qu’évidemment j’imagine …

Le plus souvent 😊

Parce que c’est plus charmant et amusant 😊

Optimistes …

Féeriques…

Magiques…

Joyeux et heureux 😊

Ah la la …

Hyper poétique comme idée 😊

Et la deuxième déité…

Qui apparait…

C’est Isis…

Une déesse immense…

Un peu comme Hera 😊

En plus gaie 😊

Epouse et mère idéale  😊

Protectrice des enfants 😊

De la nature et de la magie 😊

Ses larmes auraient réussi à ressusciter…

La puissance de sa magie 😊

Si si 😊

Le corps défunt de son Osiris 😊

Son bien-aimé 😊

Et père aussi de son fils Horus 😊

Ah la la …

Encore que…

Le fait qu’il soit aussi son frère …

Moi ça m’a toujours réellement chiffonné…

Non seulement c’est problématique …

La consanguinité…

Mais c’est même pas envisageable les gars…

Pour aimer bibliquement 😊

Just saying 😊

Alors on va imaginer …

Qu’ils viennent de deux tribus différentes …

Et hop voilà 😊

C’est mieux comme ça  😊

Alors une jolie chanson pour Isis…

Et dernière déité qui apparait …

A la dernière scène …

Il s’agit d’Osiris…

Aux immenses talents 😊

Qui fait finalement ressentir …

Sa présence…

Imperceptiblement …

Ouf 😊

Et ça …

C’est réellement réconfortant …

Car…

Osiris ..

Est un dieu de transition…

De résurrection aussi 😊

Si si 😊

Et de régénération 😊

Ah la la…

Trop bien 😊

Et ça rend leur fin …

A nos jolies colombes…

Moins triste …

Car au moins…

Osiris veille sur eux…

Sur ces tendres amoureux…

Ouf 😊

Moi ça me plait 😊

Ah la la …

Et les chanteurs dans tout ça? 😊

Jorge de Leon …

Le grand ténor des ȋles Canaries …

Comme Radamès…

Viril…

Et…

Fragile parfois…

Amoureux éternel aussi…

Et en toutes circonstances…

Honorable et courageux…

Etait sublime et radieux …

Et Krassimira Stoyanova …

La grande soprane bulgare…

Comme son nom ..

Ne l’indique pas forcément 😊

Fut immense…

Pour interpréter …

Avec sensibilité exquise …

La grande Aida…

Pas encore …

Telle la belle Leontyne …

Mais …

Très impressionnante quand même…

Comme jolie princesse si éprise…

Et totalement coincée…

Déchirée même …

Atrocement tiraillée…

Pauvre loute …

Elle aussi…

Entre son devoir filial…

Et les suppliques de son grand coeur …

Totalement radada …

De son Radamès 😊

Ah la la …

Et la production épique de Frisell …

Si belle 😊

Aurait certainement plu …

A notre égyptologue Mariette 😊

Qui aimait tant les belles couleurs riches 😊

Et les plumes 😊

Essentielles aussi…

A cette immense civilisation…

Quelle civilisation même 😊

Si marquante …

Pour de nombreux grands esprits…

D’hier et d’aujourd’hui 😊

Ah la la…

Et d’ailleurs …

Ca m’évoque encore aussi…

Un peu de cinéma …

D’hier et d’aujourd’hui…

D’abord Stargate (1994)…

D’Emmerich…

Qui aurait certainement plu …

A notre égyptologue Mariette 😊

Et ce film éblouissant sur cette civilisation…

Fit rêver de nombreuses jeunes filles 😊

Sur la puissance de l’Egypte bien sûr…

Mais aussi 😊

A mon humble avis…

C’est …

Le charme discret du doux James Spader 😊

Qui opère 😊

Regardez ce jeune traducteur ….

Si charmant 😊

Et également …

Direct et éclairé 😊

Ah la la…

Qui plus tard …

De façon inouïe 😊

En compagnie militaire…

Découvre aussi 😊

Le grand Ra 😊

L’ancien dieu du Soleil…

Alors juste un mot 😊

Sur Ra…

Sachez que plus tard aussi …

Il fut allié avec Horus…

Ra-Horakhty …

(“Ra qui est l’Horus des deux Horizons”)…

Régnant sur le ciel…

La terre et les morts…

Découvrons dans cet extrait maintenant…

Le grand Ra …

Imaginé de façon étonnante 😊

Et vous allez constater aussi…

Sa puissance et sa grande colère inouïe 😊

Face à une attaque imminente atomique…

Brace yourselves 😊

Et découvrons maintenant…

Sa capacité à réparer les corps 😊

Et ses intentions destructrices …

Un poil inquiétantes…

Ah la la…

Et j’aime particulièrement…

Ce passage-ci…

Qui raconte l’histoire de Ra…

De façon visuelle et inhabituelle 😊

Bon …

Pour nombre d’entre nous 😊

Myself included 😊

https://youtu.be/PiXGtzrqx24

Et la fin…

Un poil hollywoodienne 😊

Est néanmoins simple et belle 😊

Car il décide …

Sans hésiter 😊

….

De rester …

Auprès de sa bien-aimée 😊

Sa toute belle…

Trop bien 😊

Ah la la…

….

Et avant de nous laisser…

Deux derniers extraits de “Gods of Egypt”…

De Proyas (2016)…

Avec à nouveau le bel Horus 😊

Que j’aime …

Alors d’abord sa rencontre avec Ra 😊

Pour comparer avec le film précédent…

Faut rire 😊

Et admirons …

Aussi…

Les paysages extraordinaires …

Et majestueux …

Ah la la…

https://youtu.be/aXRvNyH54so

Et dans cet extrait-ci…

Ce qui me plait 😊

C’est qu’on découvre…

Qu’Horus 😊

C’est un dieu 😊

Horus…

Imparfait 😊

Mais qui évolue…

Bravo!

Et qui apprend la compassion pour son prochain 😊

Et qui face à l’impossible 😊

Qui n’est pas français …

Comme chacun sait 😊

Comme dirait Napoleon 1er surtout 😊

Horus…

Face à l’impossible 😊

Donc…

Avance …

De façon courageuse 😊

Avec ses compagnons …

Malgré le brouillard et les obstacles prodigieux…

Comme dirait aussi …

Marc Twain 😊

“Ils ne savaient pas que c’était impossible…

Alors ils l’ont fait “…

Bravo! 😊

Et aussi …

En fine…

Il fini par apprendre aussi …

Comment finalement…

Enfin…

Apprendre à aimer 😊

A honorer…

De mille manières …

Sa bien aimée 😊

Une autre déesse de l’Amour 😊

Evidemment 😊

Trop bien…

Ah la la…

Comme la vie…

Si jolie 😊

Oh oui alors …

Bottomless …

Imaginative…

Lyrical…

Mythical…

Joyful…

Happy…

Eternal butterflies 😊