”La Bohème” de Puccini: l’Amour avec un grand A, inspire toujours une générosité infinie.

Lundi 30 Novembre 2015 Lincoln center Met Opera House: /Wednesday November 30th  2015- -”La Bohème” by Puccini: True love always inspires bottomless generosity.

“La Bohème” de Puccini, est un des mes opéras préféré, depuis longtemps…

Parce qu’il se passe à Paris, que j’adore… 

En plein quartier latin, un quartier particulièrement vivant, propice à l’éducation, sentimentale entre autre… à l’allégresse, et la fête…

Et qui me manque davantage que d’habitude… ces jours-ci…

IMG_0658

Parce que les protagonistes sont tous copains, et parfois plus…

Des artistes gais, légers, la plupart du temps, blagueurs entre eux, qui s’adorent, et sont toujours prêts à déconner, et à une immense tolérance entre eux, et à toutes sortes de douceurs et aussi de sacrifices, simplement, naturellement….

Et qui savent rendre leurs conditions de vie, les plus belles possibles, grâce à leurs talents divers, et leurs imaginations débordantes .…. 

Bien que l’histoire se déroule dans un monde imparfait… où la maladie et la pauvreté existent, et la mort rôde …et parfois s’empare des êtres… 

Y compris les plus doués… et aussi les plus aimés… 

Mais la richesse de l’Amour, bien qu’elle ne sublime en rien, la douleur infinie de la perte d’un être chéri, arrive toujours à briller, malgré cette détresse…

Qu’elle prenne la forme d’amitié fidèle, de passion, d’inspiration et admiration mutuelles, de joie, de douceur, tendresse, de repas et café partagés, de chant, danse, de theatre, de peinture, qui, non seulement coexistent avec la noirceur, mais s’inspirent de la beauté et des émotions qui les entourent…

Et tout ça c’est non seulement réconfortant… mais c’est carrément réjouissant même …

En bref, j’aime “La Bohème”, parce que donc, cet opéra parle incroyablement bien de la vie, de l’existence…

Dans sa richesse, complexité, et aussi surtout ses brefs instants de grâce…si fugitifs et fugaces, mais heureusement indélébiles…

IMG_0656

Et “La Bohème” la raconte, donc la vie, avec simplicité, dans les petites choses… comme les grandes…

Parle donc, d’une grande partie de ce qui lui donne sa saveur, la raconte donc, sous son meilleur jour…  

Malgré la peine immense, comme un ciel d’hiver, bas et sans contours,  … que la vie nous inflige parfois, quand elle retire de notre chemin, des êtres aimés éternellement…

Qui nous manquent à tout jamais…. 

Mais il y a toujours de la lumière disponible… même dans la noirceur…

Si on ose rêver de façon gaie et imaginative…

Le rêve, c’est toujours une valeur sȗre, car les rêves jolis et gais, les gars, nous permettent toujours d’accéder à la beauté…

Et puis… au partage, et aussi à la félicité, la complicité avec d’autres…

Et parfois même, oui, parfois même, à l’Amour…  qui vous tombe dessus… sans crier gare…Oh joie…

Et là… de nouvelles douces tempêtes nous attendent toujours… C’est bien, ça fait progresser…et ça engendre toujours d’immenses élans…

Et le mouvement, ça fait les muscles… C’est bien, c’est beau comme une jolie pirouette, comme une ode, un hymne entonné, et parfois même, dansé par des amoureux…

Comme l’émotion partagée… qui crépite de 1000 manières… au fond des yeux d’un être chéri…

Comme la gaieté et l’innocence de l’enfance…

Voila, et tout ça ça permet de ne pas baisser les bras… sur la nécessité d’être heureux, pour donner de l’élan, et de l’optimisme, entre autre aussi, à nos propres enfants… 

Sur la beauté de l’existence…

Et du coup, j’ai beaucoup à partager sur le plan musical, plus que d’habitude…

C’est l’effet… “Kiss cool” …de ma semaine parisienne le 11 Novembre dernier…

Parce que la musique, tout comme la culture, il n’y a que ça de vrai …pour faire vivre de la gaieté…  

Et parfois… de se pencher sur aspects culturels porteurs de joie et de gaieté, ça aide…

Enfin moi, ça m’aide…

Et donc après ma critique de “La Bohème”, je partagerais ce que le thème de l’Amour… magnifique et simple, m’inspire ces jours- ci, sur le plan musical…

Vous allez voir… c’est riche… et encore, j’essaie de faire court…

Mais il faut aussi rigoler… surtout en ce moment… 

Car évidemment, bien que ça aille mieux, face aux chocs et au chaos inattendu, qui nous est tombé dessus, il y a quelques semaines, et c’est pas tout à fait fini; j’ai encore plus envie que d’habitude — et c’est dire :), de faire sourire mes amis…

Et plus particulièrement… mes amis parisiens…qui me manquent…et à qui, j’ai toujours envie de dire 1000 bêtises…et partager 1000 chansons … qui, j’espère donc… les feront sourire… parce que c’est si gai… de faire sourire… ceux qu’on aime…

Donc, c’est pas l’inspiration qui me manque… Vous allez voir…  Mystère :)…

IMG_0652

Mais d’abord “La Bohème”:

Avec cet opéra, à la musique incroyablement lyrique, et au libretto magnifique– par Giacosa et Illica — qui ont également collaboré avec Puccini, sur “Tosca” et “Madama Butterfly”, mes deux autres opéras préférés de ce compositeur, Puccini, rend hommage donc, aux artistes désargentés parisiens, et leurs vies de bohème.

Capables de vivre entre eux — grande affection et fidélité en amitié, et amour infini tout comme inquiétude, face à la maladie et la mort… toujours prêtes à frapper…

La production de Zeffirelli — absolument superbe– rend hommage avec beaucoup de vérité, au romantisme de l’architecture de Paris… via ses toitures, ses chambres de bonnes typiques, et sa mise en scène réussie de rues animées du Quartier Latin… renforçant encore l’ambiance de bohème.

Un peu comme dans la chanson d’Aznavour du même titre :)…

Cette ambiance typiquement parisienne, dépeignant la vie à la fois gaie et difficile de ces artistes, est racontée de façon d’abord, extrêmement légère et drôle, puis, très poétique, gaie, mélancolique, et finalement, sombre et inéluctable.

Légère et drôle…quand au premier acte, les artistes déploient une ruse amusante pour éviter de payer leur loyer (trois mois de retard)…en amadouant leur propriétaire dont ils louent la virilité, qu’ils font mine d’admirer…

Les commentaires misogynes et vachards sur les femmes, et leurs corps — trop maigres elles sont casse pieds, et se plaignent trop. Et trop en chair — ne sont plus séduisantes– est à hurler de rire, car toujours d’actualité…

Hyper poétique…quand Rodolfo, un poète sensible (le formidable ténor mexicain Ramon Vargas), passionné, tendre et viril– découvre sa voisine frêle, malade, mais néanmoins, charmante et féminine… la couturière Mimi (chantée ce soir là, par la soprane italienne particulièrement séduisante, comme seules le sont les italiennes, Barbara Frittoli…

Très émouvante dans les deux premiers actes, comme jeune femme timide, puis réveillée par sa passion grandissante… et dont Rodolfo donc, tombe comme elle, instantanément… éperdument amoureux…

La tendresse avec laquelle il lui avoue, qu’il ne lui en veux pas…

Que ses beaux yeux… lui aient volé son âme…

N’avait d’égal que la douceur de sa déclaration de sa passion… pour lui…

Qu’elle lie, à la sensualité et au parfum… de sa fleur préférée… la rose.

Et moi, ça m’achève…

A chaque fois…

IMG_0629

Gaie…au deuxième acte, quand la courtisane Musetta (explosive et vive Soprano américaine Ana Maria Martinez) retrouve ses amis, dans une rue animée dans un café… au bras d’un amant riche et âgé…et réussit par son charme, à reconquérir son jeune amant Marcello (fantastique Bariton roumain Levente Molnar… particulièrement charismatique), et file à l’anglaise avec ses amis, ni vu ni connu…derrière une parade militaire…pendant que son vieil amant se retrouve … à régler l’addition.

Mélancolique… au troisième acte, quand Rodolfo et Mimi parlent à leurs amis, des tensions liées à la pauvreté, à la toux incessante de Mimi, et des jalousies de Marcello.

Et alors que Mimi essaie de quitter son amant Marcello, le romantisme de leur Amour reprend le dessus…

Et ils n’y arrivent pas —

Ce qui est bouleversant…

Et si réjouissant…

Trop génial… que leur Amour soit si fort…:)

Sombre et inéluctable…au dernier acte, quand Mimi  mourante…mais le cachant… décide de se coucher… pour se réchauffer…

La gentillesse déployée par ses amis, pour la rendre plus confortable, et la douceur de ses échanges, une fois seule avec son amant, est poignante à observer.

Et elle sombre dans l’inconscience… doucement…et meure en silence…

Laissant Rodolfo… désespéré…

En bref, une des plus sublimes histoires d’Amour …

D’un immense romantisme, qui enchante les amateurs d’opéra, et d’histoires d’Amour magnifiques…

Depuis toujours…

IMG_0637

Bon alors, c’est pas tout ça, car évidemment, cet opéra m’inspire, et me donne envie de partager des chansons contemporaines sur l’Amour…

Et qui me touchent, pour certaines, depuis longtemps, et pour d’autres, c’est plus récent, mais pas forcément moins important …

Donc, je voudrais démarrer ma sélection…. piano…:)

Par une chanson douce, de ce côté- ci de l’Atlantique… qui parle d’amour de façon simple et jolie, et aussi de la poésie de la nature…  

Car je rentre de Thanksgiving, passé comme toujours, en famille, dans une campagne splendide, aux oiseaux magnifiques, et — surtout—  en la meilleure compagnie imaginable, des amis d’enfance— un des meilleurs trucs dans la vie…

Et pour se réjouir de la vie, il n’y a pas mieux… Et on rit toujours autant …et d’ailleurs de plus en plus…

Puis, parce que j’ai vu un sublime tableau de Van Gogh, “ Le semeur”, au Musée Marmottant à Paris il y a 3 semaines, deux chansons d’un immense chanteur de folk américain des 70’s, Don Mc Lean, qui a écrit des chansons fantastiques sur l’Amour et sur l’Art…  

Hyper romantiques…

Des  “smooching”, “hand holding” songs, bref, le meilleur dans la vie…

Et qui disait à ses fans, que c’est important d’oser Aimer …

Parce que la politique, c’est toujours une blague ….

Alors que l’Amour, c’est ce qu’il y a de plus réjouissant — Moi je suis d’accord :)…

Et donc deux chansons… pour vous… de lui: 

La première sur l’Amour— sur la poésie, la douceur, et la vitalité donnée …par le simple fait …de se tenir la main, que rien ne vous déprime… quand vous êtes amoureux…

Que vous êtes libre, et qu’il faut en profiter…

Parce que la vie est courte…

Que c’est la seule chose qui survit…

Quand tout le reste disparait…

https://youtu.be/jpV46ycq0dQ

 

Et dans cette chanson ci, il rend un hommage simple et poétique…

à Van Gogh…

A ces magnifiques tableaux….

A son âme…  si sensible, fragile et émouvante…

Qui comprend celle du chanteur…

Qui permettra peut être au monde…

De se soulager, se libérer… de ses tourments …  

Et pour les français loin de chez eux…

En ces journées d’hiver pluvieuses, une jolie chanson, sur la poésie de la pluie…

Quand on est loin de chez soi… 

Et le plaisir décuplé des retrouvailles …

Ah les êtres chers qu’on voit trop peu… c’est toujours si génial de les retrouver — surtout quand il faut être… un peu patient …:)

C’est toujours un “Plein soleil” fantastique … 

Car se voir en chair et en os, c’est toujours 1000 fois mieux quand même…

Et totalement irremplaçable…

Et quand on se retrouve… il faut …faire la fête…

de 1000 manières…

Et surtout rire le plus possible…

Pour faire vivre un max de liesse …

En famille, et avec tous les êtres chers… car c’est évidemment toujours divin…

Et la danse ça compte :)…

Et en France, on adore danser….

D’ailleurs, ma semaine parisienne s’est conclue …par une fête dansante…

Hyper sympa…

Auprès d’êtres… qui comptent immensément… Et ça, c’était carrément bienvenu…

Et on a même dansé sur… du zouk :)… Hyper réjouissant aussi…:)

Donc, c’est l’heure …

D’une nouvelle boum :)…

Et les Bee Gees pour démarrer… c’est toujours bien…

Et Rita… elle danse mieux que quiconque…

Et pour fêter le fait… d’être en vie …” Staying Alive”… ça le fait :)…

Et pour fêter l’Amour, Gloria Gaynor et “Can’t take my eyes off of you”…

C’est la rolls des chansons…à danser…

Et ça permet d’oser chanter… des douceurs :)…

Et aussi de danser … un rock endiablé…

Quant à Donna Summer et ”I feel love”…

Pour parler d’Amour et de danse…

N’en parlons pas…

C’est pas la reine … du Disco … pour rien…

Et pour les amateurs de danse ….

“Last dance”…

Celle là… est aussi… une incontournable …

Et Anita Ward avec “Ring my bell” …

C’est toujours …

hyper réjouissant…

Et puis, l’incomparable…

…Barry White …

…Qui avec “You are my first, my last, my everything”…

… Fait rêver les amoureux… depuis toujours…

Et pour le quart d’heure franchouillard—  il faut rire…

Et puis, c’est la plus belle…

Et elle est juste géniale… comme chanteuse… danseuse ….

Et un duo avec Delon — je défaille déjà…:)…

Et “Paroles, paroles”….c’est si gai…

Sauf que, j’ai juste envie … de lui dire… quand même… à Dalida…

Que toutes les paroles, les mots tendres enrobés de douceur …comptent…

Et se posent toujours… sur le coeur… quand elles sont douces les paroles…

Ou quand ils sont tendres les mots …

Sacrée Dalida… 

Et d’ailleurs…

Pour le même prix…

Vous avez le droit à… “Bambino”

Trop tendre …

Et doux…

 

Et puis…

Il faut danser des slows…

Et là, les gars, je vois que…

Mike Brant— “Laisse moi t’aimer” …

Et puis alors, il savait chanter lui…

En plus d’être beau comme un astre…

D’ailleurs, écoutez les fans hystériques …

https://youtu.be/QK7GCTb4BGQ

Et puis il y a aussi  “Qui saura” …

Trop géniale cette chanson …

Et j’ai l’impression d’avoir 8 ans…

J’adore… 

Et puis .. il y a aussi…

Adamo, avec “ Tombe la neige”…

N’en parlons pas…

Et puis aussi …

Gilbert Bécaud avec “Nathalie” …

Parce que l’hiver s’installe…

Et qu’il faut boire des chocolats…

Et se prendre le bras …

Et parler toute la nuit… pour refaire le monde…

Et boire du champagne de France…

Et danser…

https://youtu.be/NcjwwGcpYiM

Et puis…

Et évidemment…

Tous les français l’adorent…

…Leonard Cohen avec “ Dance me to the end of love” …est magique…

Comme la danse…

Et comme Cary Grant… Tellement beau…

Et enfin…

Il y a 1000 autres trucs…

Mais on va faire court … 🙂

Le plus charmant…

…Joe Dassin avec  “Et si tu n’existais pas”… 

Que j’adore…

Depuis toujours…

Et puis…

… Aussi “ A toi” …

Qui est si gaie et juste aussi…

Sur l’existence…

Et l’éternel retour de la chance…

https://youtu.be/BH-7HDi58TA

Bon…

Après ce large tour d’horizon…

Qui m’a fait beaucoup de bien…

Et aussi… beaucoup rire… 🙂

Et à vous aussi, j’espère…

Il me faut retraverser l’Atlantique…

Donc… je vous laisse avec trois chansons douces, anglo-saxonnes…

Sur l’Amour… 

Le plus beau dans la vie…

La première… sur la beauté de l’âme… de l’être aimé…

Aussi fantastique et mystérieuse …que peuvent l’être les cieux…

Se réjouir profondement… de l’Amour qui existe…

Et que …même si …c’est pas toujours facile…

Il faut aimer… tranquillement …

Laisser du temps et de l’espace à l’autre, parfois…

…Parfois même… beaucoup :)…

Et quand je dis… beaucoup…je ne plaisante pas ..:)

Et ne pas baisser les bras…

Et être flexible… comme un roseau…

Malgré les différences…

Et les tempêtes…

Qui nous apprennent tant sur la vie…

Et rester optimiste, et avoir foi en la vie… et en ses trésors…

Se rappeler donc … que les choses… prennent parfois du temps…

Qu’il ne faut pas être impatient…

Et que quand c’est le bon moment… les miracles apparaissent  …:)

Et ça… c’est très réjouissant…

Et être cool …

Malgré la passion parfois…

Et aimer…  de façon inconditionnelle… simplement…  

Et de façon généreuse …

Libre…

Parce que le coeur …a toujours beaucoup d’amour à donner…

Et que c’est hyper gai…

Et que la vie est courte… 

Il ne faut donc… pas hésiter …

Et aimer …

Parce que c’est trop bien…

 

Et enfin …ma chanson préférée du moment…

par Passenger “And I love her”…

Hyper tendre… poétique…

Sur ce que sa bien aimée lui inspire… comme jolies images liées à la nature…

… Et puis la nature… c’est si beau et doux pour l’âme …

Comme l’Amour :)…